Finances

Faut-il être riche pour défiscaliser ?

La réponse est « non ». Parmi les 457 niches fiscales dénombrées aujourd’hui en France, il existe certains dispositifs qui ne nécessitent pas forcément des investissements et donc, de l’argent. Voici quelques solutions qui vous permettront ainsi de défiscaliser sans être obligatoirement riches.

La défiscalisation avec le crédit d’impôt

En tête de liste européenne de la pression fiscale, la France compte heureusement une foule de dérogations fiscales qui permettent aux contribuables de profiter de certains avantages fiscaux sans jouer dans l’illégal. Et il n’est pas forcément nécessaire d’être fortuné pour pouvoir profiter de ces solutions de défiscalisation. Rien qu’en voulant améliorer sa maison, on peut déjà aspirer à une niche fiscale à l’instar du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Cette mesure profite aux particuliers envisageant des travaux de rénovation énergétique dans leur demeure. Un remboursement sur les dépenses réalisées dans les rénovations est assuré. Ce crédit d’impôt est de l’ordre de 30% du prix des équipements et matériaux rénovés. Mais pour être éligible, il est exigé que le prix des travaux n’excède pas les 8000 euros pour un célibataire et le double soit 16 000 euros pour les couples.

La garde d’enfant

Selon une étude de la Dresse menée en 2016, la garde d’enfant fait dépenser chaque mois au parent 446 euros en moyenne. Certes, il existe des aides. D’ailleurs, après déduction des subventions perçues, ce montant de 446 euros baisse à 215 euros par mois et par enfant. Cependant, malgré les allocations, faire garder son enfant continue d’être un poste de dépense qui pèse lourd dans le budget des ménages. Dans ce contexte, l’État offre des avantages fiscaux présentés sous forme de crédit d’impôt et représentant 50% des frais payés. Mais attention, le crédit d’impôt impose un plafond de 1150 euros par enfant à charge. Outre la garde d’enfant, il existe d’autres mesures fiscales dédiées aux ménages. Pour savoir où et comment défiscaliser par rapport aux différentes chargées liées à la famille, il suffit aussi de consulter les bons sites spécialisés.

Faire une épargne

Il existe des solutions d’épargne qui permettent de se constituer une retraite complémentaire tout en réduisant ses impôts. C’est le cas du PERP ou Plan d’Epargne Retraite Populaire. L’argent épargné dans ce programme est déductible du revenu imposable. Normalement, un plafond est fixé. La déduction est ainsi équivalente à 10% des revenus professionnels pour un maximum 30 432 euros. Si la somme est plus élevée que ce barème, la déduction est plafonnée à 3 804 euros.

Se lancer dans l’immobilier

À l’inverse des idées reçues, il n’est pas forcément nécessaire d’être riche pour pouvoir faire des investissements immobiliers. Ce genre d’opérations peut être concrétisé grâce à la souscription à des crédits immobiliers. Investir donne ensuite droit à des mesures fiscales incitatives comme la loi Pinel, le dispositif Monuments Historiques et bien d’autres. Mais pour éviter des charges financières trop lourdes en accumulant les prêts, il est conseillé de solder préalablement tous les emprunts en cours avant de contracter un nouveau crédit destiné à un nouvel investissement immobilier.